0

Miro, l’Arlequin artificier

Si vos pas vous mènent en Bretagne, une expo à ne pas rater !!!

miro1

Loulou y a vu une drôle de dame, des monstres bizarres, un oeuf et il a même réussi à trouver Elmer…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités
1

Barbare

Barbare

Emplois figurés et affectifs

A.− Péjoratif

1. (Celui) qui n’est pas encore ou n’est plus civilisé, qui appartient à un niveau inférieur d’humanité.

2. (Celui) qui est cruel, sans humanité. Exécution, folie, fureur, torture barbare. Synonyme : brutal, criminel, dur, farouche, impitoyable, inflexible, monstrueux, sanguinaire, sauvage.

0

Liberté

J’ai vu aujourd’hui ce film de Tony Gatlif. J’ai adoré !

Le titre n’est pas usurpé tant l’amour de la liberté transparaît à travers l’histoire, les paysages, les personnages.

Durant l’Occupation, Théodore, le maire du village (Marc Lavoine), va venir en aide à une famille tzigane. Celle-ci subit les mesures prises sous le régime de Vichy : contrôles d’identité renforcés, interdiction de circuler, obligation de se sédentariser. Leurs coutumes, leur culture, leur mode de vie : tout est jugé à l’aune des bien-pensants ancrés dans leur terre.

Dans cette famille, Taloche. Le rôle est interprété par James Thiérrée, petit-fils de Chaplin. Il est innocent, naïf, simplet. C’est celui qui est le plus proche des valeurs tziganes : il cherchera par exemple à s’envoler lorsqu’ils seront parqués dans un camp d’internement. Les scènes où il parcourt la Nature, se roule dans la mousse, se jette dans l’eau sont tout à la fois pleines de folie et d’harmonie.

Je ne pense pas qu’il faille aller voir ce film pour le contexte car ils nous apprend assez peu de choses sur l’époque, même les scènes de Résistance sont assez minces. Mais, il y a un tel souffle de liberté qui le parcourt de bout en bout qu’on ne peut que penser à l’actualité…

1

Lie to me

Par hasard, je suis tombée sur le générique de cette série lors de la diffusion de la saison 2.

Intriguée, j’ai regardé l’épisode qui suivait et, je dois avouer, que j’ai beaucoup aimé.

D’abord, il y a Tim Roth et, ça, ce n’est pas rien. Il m’avait marquée dans Reservoir Dogs de Tarantino.

L’histoire est assez originale. Cal Lightman a étudié pendant plusieurs années les expressions du visage des êtres humains. Il est aujourd’hui capable de décrypter les mimiques involontaires de n’importe quelle personne. Il a donc monté son entreprise qui est engagé dans diverses situations : homicides, divorces, morts étranges, procès… Lightman a un humour particulier ( un peu à la Dr House). On en apprend davantage sur lui au fil des épisodes.

Il est entouré par une équipe de choc : une psychologue, un spécialiste des micro-expressions qui pratique l’honnêteté radicale » (il est incapable de mentir, quel que soit le message qu’il doive faire passer…) et une jeune surdouée que Lightman a débauchée dans un aéroport au vu de ses talents.

On se laisse prendre par cette série et on se surprend à guetter les signes que Lightman va décrypter juste pour voir si on arrive à la même analyse que lui.

Il y a peut-être un peu trop de gros plans sur les visages des observés mais, lorsqu’ils sont mis en parallèle avec des visages célèbres (O.J. Simpson, George Bush, Obama, Clinton…) cela devient amusant voire même impressionnant.