Tout s’est bien passé d’Emmanuèle Bernheim

Comment qualifier ce texte ? Récit haletant d’une fin de vie ? Je ne sais pas.

Lorsqu’il démarre, on suit son auteur qui court pour rejoindre l’hôpital où son père vient d’être admis après un AVC. Les phrases sont courtes, hachées, à l’image de cette course éperdue pour arriver le plus vite possible. Elle raconte ensuite la convalescence : ce père diminué qui ne supporte pas ce qu’il est devenu, qui réclame de l’aide pour en finir car il ne veut pas de cette vie-là, cette vie qui n’est plus qu’une moitié de vie.

Mais comment faire ? Qui contacter ? En a-t-elle l’envie, le droit ?

On se met alors dans les pas d’Emmanuèle Bernheim, fidèle soutien, courageuse, émue et émouvante. Elle ne tait rien, pas même la lâcheté de certains qui n’hésitent pas à la dénoncer à la police, le courage d’autres qui d’un mot ou d’un geste apportent un soutien.

C’est un récit plein de vie, d’émotion, qui parle de la vie et de la mort. L’un n’allant pas sans l’autre.

Un très, très beau texte.

« Tout s’est bien passé, a dit une voix au téléphone. Alors votre père était de bonne humeur, il a bu sa première potion, et puis la deuxième, il l’a trouvée amère, il a dit qu’il aimait mieux le champagne. Nous avons mis de la musique, un quatuor de Beethoven, et il s’est endormi… »

bernheim

Publié chez Gallimard.

Publicités

Une réflexion sur “Tout s’est bien passé d’Emmanuèle Bernheim

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s