0

Biglouche

Loulou adore les chats : il en a trois ! Cet album était donc fait pour lui.

Biglouche est un adorable matou. Il est un peu enrobé car il passe ses journées à l’intérieur derrière la fenêtre. Pourquoi ne sort-il pas ? Il a un léger problème de vue : il louche. Les oiseaux et les souris lui font peur car il les voit complètement déformés. Les chats du quartier se moquent de lui.

Un jour, le Hibou lui donne un conseil et lui suggère de rendre visite au célèbre Docteur Miro. Biglouche, malgré ses craintes, s’enfonce dans la forêt à la recherche du célèbre docteur.

Ce dernier cerne immédiatement son problème et il lui fabrique une ravissante paire de lunettes bleues. Plus de problème, Biglouche voit le monde normalement, il devient même un terrible chasseur de souris.

Les autres chats l’envient un peu et tous décident de porter des lunettes même ceux qui n’en ont pas besoin.

Un album très chouette !

Album publié à L’Ecole des loisirs.

0

Mes odeurs de la nature

Faute de pouvoir profiter du jardin vu la tempête qui s’abat sur nous, nous avons opté pour un album très Nature !

Chaque double page se présente de la même façon :

  • à gauche une devinette,
  • à droite des fruits ou des légumes parmi lesquels se cache la réponse.

Ainsi, quel fruit est jaune et long ? est l’un des préférés des enfants ? Évidemment, la banane ! Il suffit de la retrouver parmi les dessins, de la frotter délicatement avec le doigt et de respirer une bonne odeur de banane.

On peut ainsi sentir la fraise, la banane, l’oignon, la menthe, la cannelle…

Un album très chouette que Loulou adore !

Album édité chez Thomas jeunesse.

7

I have a dream

J’étais partie sur une autre idée mais c’est finalement celle-ci qui s’est imposée à la vue de la photo choisie par Leil.

J’ai fait ce rêve. Etrange et beau. Quand je me suis réveillé, j’étais étrangement calme. Apaisé. Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu cette impression de repos réel.

J’étais dans une rue. Autour de moi, la circulation, le bruit de la ville. Aucune couleur. Un film noir et blanc et, pourtant, tout était très vivant et animé. Je voyais tout mais personne ne me prêtait la moindre attention. J’étais invisible.

Chose étrange, au beau milieu de toute cette agitation, j’étais tranquille, serein. Je jouais du piano comme si c’était la seule chose qui comptait. En plein milieu du trottoir, cela semblait la chose la plus banale qui soit. Quand j’y repense d’ailleurs, j’entendais ce que je jouais. Du Satie. Gnossienne 1. J’étais tout à ce que je faisais, je ne voyais rien, je ne regardais personne. L’agitation me portait à cette concentration. Je n’étais que notes, touches, blanc, noir.

Soudain, je l’ai vue et je savais qu’elle aussi elle me voyait. Je n’étais plus simplement une mélodie, j’avais un corps, une apparence. Elle s’était arrêtée. Elle était seule. Elle n’était pourtant pas très grande. Elle me fixait de ses grands yeux bleus. C’était la seule touche de couleur de la scène.

Moi, je ne voyais qu’elle. Je me reconnaissais en elle. Elle était moi. Une autre facette de moi. Celle que j’avais été il y a bien longtemps. Celle qui ne renonçait pas à ses rêves. Quels qu’ils soient. Celle qui pouvait voir ailleurs, plus loin, ce que les autres ne voyaient pas.

Elle me fixait et je ne pouvais m’arrêter de jouer. C’est comme si elle m’ordonnait de poursuivre. Comme si nos vies en dépendaient. Mes mains restaient au-dessus du clavier et, pour rien au monde, je n’aurais voulu mettre fin à cet instant. Le temps était suspendu. Il n’y avait plus que nous, tout le reste avait disparu. Image arrêtée. Temps suspendu. Pause.

C’est là que je me suis réveillé.

Que dire ? Qu’est-ce que cela voulait dire ?

Je crois que je vais me mettre au piano.

1

Le Loup vert

Raoul est un loup drôlement sympa. Alors qu’il se cherche des copains pour jouer, il tombe sur une bande de loups gris qui font une partie de foot. Génial ! Malheureusement, ceux-ci ne veulent pas de Raoul car il est vert.

Raoul s’en va, bien décidé à trouver un moyen pour se faire accepter. Il fonce dans un magasin de vêtements. Il achète un bonnet, un jogging et même un masque gris. Il n’est pas davantage accepté par la bande de loups : sa queue est toujours verte !

Il ne se décourage pas, fait un grand feu et, lorsqu’il y a assez de cendres, il s’en couvre le corps. Pas de chance, un orage éclate et le voilà vert…

Raoul a de la suite dans les idées et se peint en gris. Évidemment, ce n’est pas une solution.

Sa rencontre avec une drôle de fée pas très douée lui fera comprendre qu’il faut s’accepter tel qu’on est.

Un joli album sur le thème de la différence.

Album publié aux éditions Bayard.

1

Les Adieux à la reine

Je n’ai pu voir le film de Benoît Jacquot mais, j’avais très envie de connaître l’histoire qui y était racontée.

Je me suis donc précipitée sur le roman de Chantal Thomas dont j’avais beaucoup aimé Le Testament d’Olympe. Je n’ai pas été déçue et ces quelques heures de lecture m’ont transportée à Versailles en Juillet 1789.

On suit Mme Laborde, lectrice de Marie-Antoinette. Elle relate les événements qui se passent au château alors que dehors le peuple se soulève et vient de prendre la Bastille. Les nobles essaient de fuir Versailles ou au contraire de s’y réfugier. On assiste alors à la décomposition de tout ce qui fut faste, apparence et superficialité. Les masques tombent et plus personne ne craint de montrer son vrai visage, ses failles et ses faiblesses.

Chantal Thomas imagine une scène très belle dans laquelle Marie-Antoinette, en pleine nuit, essaie de trouver du soutien et du réconfort auprès de ses amis et ne trouve que portes closes. Elle se blesse alors les doigts sur les cadenas avant de s’enfuir dans une galerie des Glaces déserte. Pour une fois, la première, la reine est seule. Nul ne l’annonce, ne la précède ou ne la suit.

Il y a également un passage où la lectrice de la reine assiste à la conversation de deux gardes des appartements du Roi. Eux qui jusque là étaient muets se font critiques. Ils avouent leur haine de la Reine, leur mépris des nobles sans retenue et avec beaucoup de violence.

Il y a également des personnages attachants comme le gardien du zoo de Versailles ou encore l’historiographe du roi.

Tout est détaillé : le protocole, le décor, les vêtements, les personnages, les fonctions. On est à Versailles tant la précision est au rendez-vous.

Ce qui nous est raconté ici c’est un moment d’Histoire où le temps, tout en s’accélérant, est aussi suspendu dans un château où l’on ne peut se réfugier puisqu’il n’est jamais fermé.

Un très beau roman.

1

Petites crottes et gros boudin

En cette période d’acquisition de la propreté, la question existentielle de Loulou est : « Maman, tout le monde fait caca ? »

Voilà l’album idéal pour le lui prouver !

Sur chaque page, un animal présente son caca en rimes : Caca de chat tout raplapla, caca de marmotte en petites crottes…

Bref, tout le monde fait caca, il n’y a pas de quoi en avoir peur ou trouver cela dégoûtant.

Loulou réclame cet album a chaque séance de lecture depuis que nous l’avons acheté.

Un livre qui permet aussi d’apprivoiser les contraires puisque les animaux présents sur chaque double page sont opposés : caca de lapin vient le matin, caca de loir vient le soir.

Album publié aux éditions de L’élan vert.