Une promesse

Voilà la photo choisie par Leil :

©Kot

8 mois.

Cela fait déjà 8 mois que je viens chaque soir près de ce restaurant indien. Cela fait 8 mois qu’elle a dû fuir. Tout quitter. Notre amour, son travail, son appartement, sa vie. Sans papiers, elle se savait une proie facile. A la merci de ceux qui recherchent de petites mains pour les tâches ingrates, sous payées. De toute façon, aucune révolte possible, aucune réclamation à poser. C’est facile. Tu n’es pas d’accord, prends la porte. Il y en a 10 derrière qui ne demandent qu’à entrer. Qu’à prendre ta place.

Il n’empêche. Dès que j’ai croisé ses yeux noirs, j’ai su que c’était elle. Mon âme soeur, ma moitié de pomme. On s’est aimé mais, pas question de vivre ensemble. D’abord avoir des papiers, puis se marier. Ensuite, on verrait. Pour moi, c’était tout vu. C’était elle et personne d’autre. J’attendrais. La voir, prendre ses mains, croiser son regard,  l’écouter chanter les airs de chez elle. Tout cela me suffisait.

Un soir, elle a disparu. Un contrôle sanitaire dans le bouis-bouis où elle travaillait a suffi à déclencher une cascade de contrôles en tous genres. Elle a fui mais, dans un élan de folie, elle est passé chez moi, sans que je n’en sache rien. Elle a laissé un mot dans ma boîte aux lettres.

« Notre premier rendez-vous. Recommence-le jusqu’à mon retour. »

J’ai compris dans l’instant. J’ai toujours ce message sur moi. Glissé dans mon porte-feuille, contre mon coeur. Notre premier rendez-vous, c’était dans ce petit restaurant. Un soir, après sa journée. On y avait mangé. Peu. Mais parlé, beaucoup.

Alors, je reviens chaque soir et je n’espère qu’une chose : entendre sa voix, croiser son regard. Je sais que si elle arrive, cela voudra dire que le cauchemar est fini. Elle aura obtenu ses papiers. Alors, une nouvelle vie commencera : autant pour elle que pour moi.

Demain, je serai encore là.

Publicités

5 réflexions sur “Une promesse

  1. En quelques mots l’ambiance est créée, on a mal pour cet homme dans l’attente, on les voit tous les deux très amoureux, épanouis. La réalité de la société en fond est un terrible décalage avec cet état amoureux. Les deux réunis forment un joli texte plein de nostalgie, mais aussi rempli de déception (pourquoi cette fichue société ? pourquoi ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s