One man show de Nicolas Fargues

Je n’avais jamais lu de roman de Nicolas Fargues. Maintenant, c’est chose faite et je n’ai pas été déçue.

 One Man Show est une satire du milieu éditorial littéraire parisien et du métier tant convoité et rêvé d’écrivain.

Son personnage principal, Christophe Hostier, est narcissique et mégalomane. L’un de ses romans a connu un succès qui lui permet de vivre de sa plume. Il se voit confier la présentation d’une émission littéraire par un producteur en vogue. L’écrivain quitte alors femme et enfants pour rejoindre Paris le temps d’un tournage pour ensuite filer en avion à Montréal où son roman doit être adapté au théâtre.

Les écrivains mondains ne sont pas épargnés dans ce roman où l’on assiste notamment à une soirée « littéraire » où il est question de comparaison entre les différents salons littéraires : lesquels paient le mieux ? , où mange-t-on le mieux,?  peut-on échanger ses tickets-repas ? Bref on est bien loin de la Littérature.

Le milieu de la télé n’est pas non plus épargné : règne des apparences, du superficiel, du jeunisme.

Ce que j’ai préféré c’est sans doute l’envol vers les Etats Unis idéalisés ainsi que la rencontre improbable que fait le romancier dans un train au début du roman. Les nombreuses citations faites par le héros qu’elles proviennent de films, d’interviews, de séries télévisées sont également un aspect original et amusant du roman.

L’ironie du personnage, sa mauvaise foi sont aussi traitées de façon assez intéressante, Nicolas Fargues faisant se succéder réalité et pensées du personnages ou bien encore laissant apparaître ses fantasmes, ce qui aurait pu être.

Ce passage est une clé pour comprendre le personnage et ce roman qui semble une mise en abyme de lui-même (ce roman que nous lisons n’est-il pas celui que le personnage transporte tout au long du roman et que est publié lorsque le roman s’achève ?) :

« Je ne suis pas très fort pour imaginer des situations pas possibles, avec du suspense, ou même des histoires bien construites avec un début et une fin, comme dans les films. J’écris juste ce que je pense, ce qui me passe par la tête, ma façon de voir les choses et les gens… De quoi ça parle ? Comment dire, euh, en gros, c’est un gars qui essaye d’explorer à fond ses mauvais côtés, ses mauvaises tendances, sans rien se cacher. Quelqu’un que les gens croient gentil et qui, en fait, est très mauvais dans sa tête. Alors, il pense qu’en essayant de bien regarder en face tous ses défauts, ça l rendra meilleur. Pour se rassurer, il se dit même que, puisqu’il a la chance de pouvoir prendre conscience de ses défauts, c’est peut-être qu’il n’est pas si mauvais que ça au fond. Plus généralement, ça parle de la lâcheté de la plupart des mecs par rapport aux femmes et par rapport à la vie. En fait, j’essaie d’avouer en tant que mec ce qu’un mec n’osera jamais avouer sur lui-même. Parce que je suis sûr qu’il y a plein de mecs qui pensent comme moi mais qui n’en parlent à personne.J’ai meême un peu peur des réactions de ma femme, de ma famille et de mes amis quand ils liront le bouquin, mais c’est comme ça. Voilà, on peut dire que c’est un peu tout ça, ce livre… » (Folio, p.48/49)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s