2

Un été sans les hommes de Siri Hustvedt

Après trente ans de mariage, Mia est abandonnée par son mari. Il suggère une « Pause », euphémisme pour désigner sa maîtresse.

Mia sombre pour quelques temps dans la folie puis part pour le Minnesota rejoindre sa mère qui vit dans une maison de retraites entourée d’un groupe de femmes plus extraordinaires les unes que les autres, les Cygnes.

Mia, poétesse, est chargée de s’occuper d’un groupe d’adolescentes. Elle anime pour elles un atelier d’écriture. Celui-ci permettra à chacune de ces jeunes filles de révéler un aspect de sa personnalité.

Dans son « exil » loin des hommes, elle loue une maison proche de celle d’un jeune couple qui vit une relation assez houleuse. et conflictuelle. Mia se lie d’amitié avec sa voisine et partage avec elle des moments d’échange, de partage, d’intimité.

Toutes ces rencontres féminines, de l’adolescente à la nonagénaire, lui renverront une image d’elle-même lui permettront d’avancer dans sa convalescence amoureuse.

Le roman est étrange. La narratrice s’adresse au lecteur, s’interrompt pour des digressions poétiques ou scientifiques.

Les portraits de femmes y sont très beaux et permettent de dresser un joli panorama de l’évolution de la condition féminine.

Roman publié chez Actes Sud.

Publicités
0

Quand je serai grand, je serai… de Sylvain Diez

Le personnage principal de cet album : un hippopotame. Sur la première page, il apparaît avec une tétine et une couche culotte. En  vis-à-vis on peut lire « Quand je serai grand, je serai… »

Page suivante, le personnage dans la même position mais cette fois dans un costume de pompier : « Quand je serai grand, je serai pompier… mais, j’ai peur de la chaleur ».

Il va donc s’inventer toutes les professions les plus diverses : cosmonaute, pilote de ligne, super-héros, chirurgien, etc… mais, à chaque fois, il trouvera une bonne raison pour ne pas exercer le métier proposé. Finalement, il trouvera la solution : il sera comédien !  Ainsi, il pourra assumer tous ces rôles sans courir aucun risque.

Pour l’instant, Loulou, 22 mois,  est trop petit pour comprendre l’humour de cet album mais, il aime le refrain que l’on retrouve à chaque page. Les dessins sont simples et mettent en valeur le personnage et son costume puisqu’il n’y a jamais de décor. Les pages sont épaisses et lui permettent de manipuler le livre sans problème.

Un album à découvrir !

Album publié aux éditions Thomas jeunesse.