Quand j’étais normal

Gilbert Bratsky travaille pour une agence de presse. Il entretient une relation épisodique avec ses parents. Il se contente d’une liaison particulière avec une jeune femme au visage de madone.

Tout est modifié au cours de l’été 2003 pendant que la canicule s’abat sur Paris. Il apprend par hasard que son père, vieux et malade, monte un atelier de théâtre dans la banlieue parisienne, dans le 9-3. Cela le perturbe un peu car il sait que son père est un doux rêveur et, qu’avec sa mère, ils forment un couple d’utopistes. Mais l’affaire se corse un peu plus lorsqu’il découvre que son père est secondé par un ancien camarade de classe, Didier Leroux. Ce dernier a fait preuve de violence et de sadisme par le passé et Gilbert s’inquiète encore plus pour ses parents. Il commence alors à recevoir des courriels menaçants. Qui en est l’auteur ? Il est persuadé qu’il s’agit de Didier.

La moiteur de cet été rend l’atmosphère encore plus étouffante. La paranoïa ne cesse de croître. Le narrateur ne sortira pas indemne de cette aventure qui concerne sa famille, sa judéité, son passé.

J’ai beaucoup aimé ce roman court mais dense.

Publicités

2 réflexions sur “Quand j’étais normal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s