La porte des Enfers

Dans La Porte des Enfers, Laurent Gaudé utilise à nouveau le procédé qu’il avait employé dans La mort du roi Tsongor : il utilise les mythes antiques et les renouvelle. Ici, il écrit ainsi une version moderne du mythe d’Orphée.

En juin 1980, un membre  de la mafia tue Pippo, 6 ans, fils de Matteo, chauffeur de taxi , et de Giuliana, serveuse du Grand Hôtel Santa Lucia. Effondré, le couple ne vit plus. Matteo erre la nuit à bord de son taxi et Giuliana ne réclame qu’une chose : la mort du meurtrier.

Malgré ses efforts, Matteo ne parvient pas à satisfaire le désir de vengeance de son épouse qui le quitte pour se recroqueviller dans sa douleur et sa haine.

Un soir, Matteo fait la connaissance de Grace, un travesti. Celui-ci lui fera rencontrer el professore et un prêtre pas comme les autres. Accompagné de ces étonnants personnages, Matteo va accomplir un voyage au coeur des Enfers dans l’espoir de retrouver Pippo.

Ce roman est étonnant. Il faut accepter une part de fantastique mais, Laurent Gaudé parvient à nous embarquer à la suite de sa galerie de personnages fantasques.

Roman publié aux éditions Actes Sud.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s