La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique

« Un mercredi soir de la mi-décembre, boulevard Barbès, sous les arbres décorés des guirlandes électriques de Noël, une matraque a rencontré un crâne ».

Voilà les premiers mots de ce roman de Martin Page que j’ai choisi pour son titre énigmatique.

Mathias travaille à la mairie de Paris où il est chargé de rédiger les discours des élus. Le maire est bien gêné par cette histoire de matraque car la victime est Fata Okoumi, riche femme d’affaires africaine, victime d’une bavure à l’occasion d’un contrôle d’identité. Il charge Mathias de s’occuper de cette femme afin de limiter les conséquences pour l’image de la ville.

Avant se sombrer dans le coma, Fata Okoumi charge Mathias de faire disparaître Paris. Etrange mission pour un homme qui a le don de ne s’investir dans aucune relation qu’elle soit amoureuse ou amicale.

Martin Page use d’une belle métaphore, celle de la magie pour faire apparaître et disparaître différents éléments, projets, rêves et souhaits.

J’ai bien aimé ce roman. Seul reproche : les deux ou trois derniers chapitres sont de trop et transforment trop ce dénouement en « happy end » quand une fin ouverte aurait sans doute mieux convenu.

Roman publié aux éditions de l’Olivier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s